lettre d’amour après séparation

lettre d'amour après séparation

Tu étais ma petite chérie,
Je ne sais pas si tu
mérites que je t’écrive ceci. J’ai pourtant envie de le faire. En commençant je
ne sais pas où cette lettre ira, dans quel sens. Je t’écris pour toi seule et
pas pour ce monsieur qui t’a prise à moi et dont, au moins pour l’instant, je
ne veux pas entendre parler. Mais je lui ai bien écrit, une fois, quand tu es
partie, alors pourquoi ne pas t’écrire à toi, comme on élève un monument du souvenir.
Tu m’as plu tout de suite,
j’étais bien avec toi, mais j’ai mis longtemps à t’aimer. Je le refusais. Pas
parce que c’étais toi. Je ne pouvais plus aimer. J’ai dû par là beaucoup te
faire souffrir. Tu me l’as bien rendu par la suite. Enfin… Il y a deux ans
commençait pour moi une époque qui  a été
un temps de bonheur, malgré toutes les 
difficultés, et qui à une semaine près à duré un an et demi.
Ce n’est pas rien. A tes
côtés j’ai peu à peu appris au bout d’un an, vers ton retour de vacances, à
aimer l’autre pour lui-même. J’ai donc pris confiance en moi et en la vie et je
commençais à penser possible de construire quelque chose. La vie, dans son
incertitude, allait bientôt nous rendre libres l’un et l’autre. Et puis un
nouvel imprévu est arrivé et tout a été détruit. Je l’ai d’abord accepté, puis
je t’en ai voulu énormément, à la mesure de ma désillusion. Mon agressivité en
a été l’expression. Tu m’as au moins et sur le tard fait oublier le regret de mon
ex grand amour et maintenant, six mois après dont trois d’antidépresseurs, je
remonte. Depuis six semaines déjà. Simplement la foi, en moi, est encore un peu
plus morte que quand tu m’as rencontré. Il est vrai que tu l’avais ressuscitée.
Je t’en veux moins aujourd’hui, presque plus. Je suis seulement désabusé et à
nouveau je ne veux plus croire, même si j’ai approché des femmes. Je risque de les
faire souffrir comme je t’ai fait souffrir. Je ne sais pas ce que la vie nous
réserve à l’un et à l’autre. Je repense souvent avec émotion à certains moments
que nous avons partagés, très divers. Je pourrai au moins dire : j’ai été
heureux. Merci pour cela.
Je t’embrasse

Commentaires

Commentaires